Boutique

Spiruline et vieillissement

Le phénomène de vieillissement correspond aux attaques que subit l’organisme par des radicaux libres ainsi qu’à l’affaiblissement des capacités de renouvellement des cellules.
L’hygiène de vie, la pratique sportive et surtout l’alimentation ont un impact direct sur la qualité de notre façon de vieillir.

À l’heure où l’on parle de plus de 50% de la population susceptible de développer une DMLA (Dégénérescence maculaire liée à l’âge) et que les phénomènes dégénératifs font rage, il est logique que les adeptes du naturel recherchent des solutions permettant de préserver l’intégrité et le fonctionnement normal de l’organisme le plus longtemps possible. Le maintien des cellules en bonne santé et leurs fonctions est un sujet central de toute hygiène de vie saine.

La richesse nutritionnelle de la spiruline est précieuse pour nous aider à faire face aux vastes problèmes liés à l’âge.

spiruline et vieillissement

Les toxiques environnementaux accélèrent le vieillissement

Il existe des facteurs qui participent à l’accélération du vieillissement :

  • le rôle des toxiques de l’environnement et agents chimiques (intoxication, tabagisme, consommation d’alcool et de stupéfiants…),
  • les déséquilibres alimentaires, les carences micro-nutritionnelles de l’alimentation actuelle,
  • les infections récurrentes liées à un système immunitaire fragilisé (virus, bactéries),
  • l’appauvrissement et la pollution des sols,
  • le ralentissement du métabolisme,
  • les déséquilibres hormonaux,
  • la sédentarité,
  • les métaux lourds,

Les radicaux libres dans le processus de vieillissement

La production de radicaux libres est régulée par les antioxydants, les enzymes et le système de défense immunitaire, qui a pour rôle de détruire les microbes et agents pathogènes.

L'action des radicaux libres

Une baisse de l’activité antioxydante causée par le vieillissement ainsi que les déficits en vitamines antioxydantes (A, C, E, etc.) augmentent le stress oxydatif. Dans ce contexte, les radicaux libres provoquent l’oxydation des molécules : dégradation ou destruction.

Les radicaux libres sont par exemple responsables des taches de vieillesse : l’oxydation des membranes des cellules produit des déchets qui s’accumulent et apparaissent sur la peau sous forme de taches brunes. Les radicaux libres s’attaquent également au collagène et à l’élastine responsables de la qualité et du vieillissement de la peau (rides).

La phycocyanine, la SOD, la vitamine E, ainsi que les autres pigments contenus dans la spiruline sont connus pour leurs propriétés antioxydantes qui protègent ainsi l’organisme des dégâts induits par les radicaux libres [1]. Elle stimule les défenses du corps, particulièrement sensibles avec l’âge, contre le stress oxydant.

la spiruline face au stress oxydatif

L’inflammation chronique liée à l’âge

L’inflammation chronique liée à l’âge dite “inflammaging” est un concept médical venant des États-Unis. Décrypté scientifiquement par le professeur Franceschi [2], il met en lumière la déficience chronique et silencieuse du système immunitaire, celle-ci responsable du vieillissement et de nombreuses pathologies liées à l’âge. Une alimentation (riche en principes actifs antioxydants) joue un rôle central pour lutter contre le stress oxydatif des cellules et réduire l’installation des états inflammatoires chroniques.

Le renouvellement cellulaire

L’organisme est un système complexe composé de plusieurs dizaines de milliers de milliards de cellules qui vivent, meurent et doivent être remplacées pour que leur activité perdure. Le renouvellement cellulaire est le processus par lequel les cellules souches adultes sont libérées, puis se multiplient en se divisant, puis se spécialisent par différenciation pour combler les besoins de l’organisme à un endroit précis.

Pour cela, l’organisme dispose d’une réserve de cellules souches prêtes à l’emploi et de cellules indifférenciées qui sont utilisées lorsque le sang, l’immunité, ou n’importe quel organe a besoin d’être réparé ou renouvelé.

Un bon renouvellement cellulaire, c’est un équilibre entre le besoin (les cellules à remplacer) et l’apport (les cellules produites). Augmenter l’apport de cellules « neuves » ne résout en rien la cause de leur manque. En effet, le vieillissement cellulaire de l’organisme survient lorsque le corps ne parvient plus à les renouveler suffisamment vite en contrepartie. Si l’on en arrive à devoir stimuler la régénération cellulaire, c’est que nous devons également limiter les causes du phénomène dégénératif.

Comment maintenir ce processus ?

Par des mesures d’hygiène de vie et l’usage d’ingrédients naturels. En évitant de gâcher et épuiser inutilement son capital cellulaire dont la capacité de division est limitée à 70 fois (phénomène de sénescence ou mort cellulaire programmée). En aidant le corps à gérer correctement ce processus, nous optimisons l’usage de nos cellules. On y participe par exemple, en assurant nos apports nutritionnels quotidiens en vitamines (A, B12, D), en acide folique (B9), en fer, en calcium, en magnésium, en zinc, etc.

Des expériences scientifiques publiées montrent que malgré un environnement hautement défavorable, la consommation de spiruline impacte les capacités naturelles des cellules à se diviser. Son action bénéfique dans le maintien de la bonne synthèse de l’ADN de cellules contraintes dans des milieux de culture propices à la dégénérescence est également étudiée. [3]

Les actifs anti-âge de la spiruline

La spiruline apporte des nutriments indispensables et complets (en fer particulièrement) qui ont un impact direct sur la santé.

Elle contient la plus grande source d’antioxydants pour un très petit volume : vitamine A, vitamines du groupe B, vitamine E… Son action antioxydante [4] aide la régénération des cellules.

La spiruline contient également les anti-radicalaires les plus puissants : superoxyde dismutase (SOD, enzyme puissante capable d’inactiver les anions superoxydes, très nocifs), flavonoïdes, bêta-carotène, phycocyanine, etc. qui luttent très efficacement contre les métaux lourds, les toxines et freinent activement le vieillissement.

Aussi, la spiruline est particulièrement riche en bêta-carotène : les caroténoïdes préviennent le dessèchement cutané (contre les effets induits par les UV solaires), diminuent la sensibilité de la peau et repoussent l’apparition de l’érythème solaire (le coup de soleil).
Cette action protectrice soutien la peau contre l’attaque des radicaux libres générés par l’exposition solaire et prévient par extension le photo-vieillissement [5].

Enfin, la spiruline contient des oligo-éléments réputés les plus actifs pour lutter contre le vieillissement cellulaire : sélénium, manganèse, cuivre et zinc.

De meilleures défenses immunitaires pour les séniors

Du troisième au quatrième âge, il n’y a que quelques grammes de spiruline pour soutenir la santé.
La spiruline renforce en effet les défenses naturelles : les personnes âgées sont ainsi mieux armées face aux rhumes et grippes qui, chaque année, touchent une grande part de la population sénior.

La population des 60 ans et plus représente 90% des décès et 60% des hospitalisations dus à la grippe saisonnière.

Mieux s’alimenter et se supplémenter peut avoir un rôle bénéfique sur la mobilité des personnes qui l’ont partiellement perdue suite à des douleurs aiguës ou en matière de douleurs arthritiques et rhumatismales.

La spiruline est également intéressante en cas d’hypertension, pour les carences en fer, pour le taux de cholestérol et pour contrer les méfaits de l’ostéoporose. Une supplémentation nutritionnelle est d’une précieuse pour lutter contre la décalcification osseuse liée à l’âge (la spiruline a des teneurs en phosphore, en magnésium et en calcium comparables – et dans certains cas supérieures – à celles du lait animal).

Face à l’environnement (physique et mental) dans lequel l’être humain «moderne» évolue et face à la dégradation des apports nutritionnels des aliments consommés, les microalgues doivent jouer un rôle central dans l’avenir de l’humanité.
Leur consommation est naturellement utile du fait de leurs apports en phytonutriments et de leurs actions contre le stress oxydatif [6]. Il convient d’insister sur le fait que la spiruline intervient dans l’entièreté du processus de vieillissement et en particulier des muscles, des organes et de la peau.

Essayez la spiruline

Références :
  • Allégations EFSA : ID 1867 – Antioxydant; ID 2583 & ID 1876 – Défenses naturelles
  • [1] Chu, W. L., Lim, Y. W., Radhakrishnan, A. K., & Lim, P. E. (2010). Protective effect of aqueous extract from Spirulina platensis against cell death induced by free radicals. BMC complementary and alternative medicine10(1), 53.
  • [2] Franceschi, C., Bonafè, M., Valensin, S., Olivieri, F., De Luca, M., Ottaviani, E., & De Benedictis, G. (2000). Inflamm‐aging: an evolutionary perspective on immunosenescence. Annals of the new York Academy of Sciences908(1), 244-254.
  • [3] Nawrocka, D., Kornicka, K., Śmieszek, A., & Marycz, K. (2017). Spirulina platensis improves mitochondrial function impaired by elevated oxidative stress in adipose-derived mesenchymal stromal cells (ASCs) and intestinal epithelial cells (IECs), and enhances insulin sensitivity in equine metabolic syndrome (EMS) horses. Marine drugs15(8), 237.
  • [4] Park, H. J., Lee, Y. J., Ryu, H. K., Kim, M. H., Chung, H. W., & Kim, W. Y. (2008). A randomized double-blind, placebo-controlled study to establish the effects of spirulina in elderly Koreans. Annals of Nutrition and Metabolism52(4), 322-328.
  • [5] Heinrich, U., Gärtner, C., Wiebusch, M., Eichler, O., Sies, H., Tronnier, H., & Stahl, W. (2003). Supplementation with β-carotene or a similar amount of mixed carotenoids protects humans from UV-induced erythema. The Journal of nutrition133(1), 98-101.
  • [6] Ismail, M., Hossain, M., Tanu, A. R., & Shekhar, H. U. (2015). Effect of spirulina intervention on oxidative stress, antioxidant status, and lipid profile in chronic obstructive pulmonary disease patients. BioMed research international2015.
  • Ferland, G. (2003). Alimentation et vieillissement. PUM.

Alain Casal miniature J'explore depuis plus de 10 ans les publications de la littérature scientifique qui concernent la spiruline, ses composants et plus largement, les microalgues. Je m'efforce de proposer des articles sourcés et régulièrement vérifiés en regard des nouvelles données de la recherche.
Alain Casal - Fondateur de Spiruline France.
- A propos

95 Partages


Commentaires :

Balestri dit :

Bonjour,
Je suis convaincue des bienfaits que peut apporter la spiruline mais j’ai lu quelques articles qui mettaient en garde les fumeurs et ex fumeurs contre les dangers du béta carotène qu’elle contient.
Je fume 4/5 cigarettes depuis 7/8 ans et auparavant dans ma jeunesse il m’est arrivé d’en fumer 15. Qu’en pensez-vous ? Puis-je prendre de la spiruline sans prendre trop de risques ?
Merci. Cordialement.
Alba Balestri

Alain - Spiruline France dit :

Balestri > Ce sujet fait l’objet de débats. Si l’on se réfère à l’étude de Touvier, M., Clavel-Chapelon, F., & Boutron-Ruault, M. C. (2006), une supplémentation en bêta-carotène ne serait pas recommandée pour les femmes fumeuses (cela augmenterait les risques de cancers liés au tabagisme). Cette étude montre également une réduction des risques de cancer pour les non-fumeuses. Il serait néanmoins intéressant de mieux distinguer le bêta-carotène de synthèse et celui issu d’aliments naturels comme la spiruline.

Laisser un commentaire