Boutique

La spiruline et son action contre l’hypertension artérielle

La plupart des personnes hypertendues ne présentent tout d’abord aucun symptôme. Un médecin ne peut affirmer une hypertension avant d’avoir mesuré la tension artérielle à l’aide d’un instrument appelé tensiomètre (sphygmomanomètre, qui comprend un brassard de toile extensible avec chambre pneumatique et indicateur de tension). Les maux de tête, les vertiges ou les saignements de nez peuvent être des symptômes d’HTA mais ce n’est pas toujours le cas.

Pression artérielle élevée et hypertension artérielle sont des locutions synonymes qui désignent une pression trop élevée du sang qui circule à l’intérieur des artères. L’absence de symptôme ne signifie aucunement une absence de danger. L’hypertension a même été surnommée « le tueur silencieux » car beaucoup d’individus en sont atteints sans le savoir. Les risques principaux, à long terme, sont d’ordre cardiovasculaire et rénal, avec parfois un décès précoce.

spiruline et hypertension

La pression (tension) artérielle normale

La pression artérielle normale est en moyenne de 12 cmHg (tension maximale) et de 8 cmHg (tension minimale). Ces chiffres signifient que d’une part le coeur exerce une pression maximale (pression artérielle systolique) de 12 cmHg pendant le temps de pompage et que d’autre part au repos, entre les battements, la pression minimale (pression diastolique) est de 8 cmHg. La pression sanguine est sous la dépendance de deux facteurs clés : la quantité de sang pompé par le coeur et le diamètre des artères à l’intérieur desquelles le sang pompé circule. En général, plus la quantité de sang pompé est importante, plus les artères sont petites et plus la pression sanguine est élevée. Un certain nombre d’éléments peuvent agir sur ces facteurs clés et affecter la tension artérielle.

Dans la pratique, toute une série d’éléments doivent être pris en considération. Les reins régulent le volume d’eau qui circule dans le corps ainsi que la quantité de sel qu’il contient. Ces deux éléments ont des effets directs sur la tension artérielle. Plus il y a de sel dans le corps, plus la quantité d’eau retenue dans la circulation est importante, ce qui risque d’entraîner une élévation de la tension artérielle. L’augmentation de la quantité de sel l’organisme peut accroître la tendance au rétrécissement des vaisseaux sanguins ; sa diminution, en revanche, abaisse notablement la pression sanguine.

Toutefois, en dehors d’une hypertension manifeste, la consommation d’une quantité importante de sel n’a qu’un faible retentissement sur la tension artérielle. Les autres éléments qui interviennent dans la régulation de la tension artérielle sont le système nerveux, les vaisseaux sanguins eux-mêmes (en particulier les petites artères appelées artérioles) ainsi que certaines hormones.

Les causes de l’hypertension artérielle

La principale caractéristique de la plupart des cas d’hypertension est l’augmentation de la résistance au flux sanguin provoquée, par exemple, par le rétrécissement des vaisseaux sanguins.

Le coeur se voit alors contraint de travailler davantage pour pomper la même quantité de sang et la pression à laquelle celui-ci est pompé s’élève. On porte en général un diagnostic d’hypertension artérielle (HTA) à partir d’une tension artérielle située de manière constante à 14/9, c’est-à-dire à 14 cmHg (pression maximale) et 9 cmHg (pression minimale), ou au-delà.

Il n’est pas toujours possible d’identifier la raison, maladie ou anomalie, pour laquelle elle atteint ou dépasse ces niveaux. En fait, on identifie une cause d’HTA dans moins d’un cas sur dix. En l’absence de cause, l’HTA est définie comme une hypertension artérielle essentielle. En revanche, lorsque la cause peut être identifiée, on parle d’hypertension artérielle secondaire.

Parmi les causes spécifiques, on rencontre les problèmes liés aux glandes surrénales comme le syndrome de Cushing ou une tumeur de la glande surrénale et les problèmes relatifs aux reins telles la sténose de l’artère rénale, la glomérulonéphrite et l’insuffisance rénale. Chez certaines femmes, l’usage de contraceptifs oraux ou la grossesse élèvent la tension artérielle de façon anormale.

Les complications de l’hypertension artérielle

En l’absence de traitement, une hypertension artérielle peut, après un certain nombre d’années d’évolution, porter atteinte à diverses parties de l’organisme et être à l’origine des infarctus de myocarde, de troubles rénaux, d’accidents cérébraux, de perte de vision et d’autres complications, comme :

  • L’altération des vaisseaux sanguins,
  • la cardiopathie hypertensive,
  • les maladies des reins,
  • les AVC,
  • etc.

Normaliser sa tension artérielle

Dans la majorité des cas, la cause précise de l’hypertension artérielle demeure inconnue, mais cette affection peut néanmoins être traitée de manière efficace.

Il est possible de ramener sa tension artérielle à un niveau satisfaisant, en évitant ainsi la plupart des conséquences potentiellement graves de l’hypertension artérielle.

L’essentiel du traitement consiste tout d’abord en une modification du mode de vie : perdre du poids, adapter son régime alimentaire (notamment sa consommation de sel), réduire sa consommation d’alcool, de café, de tabac, pratiquer davantage d’exercices physiques.

Revoir son régime alimentaire et son hygiène de vie

Les aliments que l’on consomme ont un impact sur la santé en général et tout particulièrement sur la santé du coeur et des vaisseaux sanguins. L’élimination d’un seul composant, le sel par exemple, a pour effet de faire baisser immédiatement la tension artérielle chez les personnes sensibles.

L’excès de sel dans l’alimentation a été soumis à de nombreuses études pendant les dernières années. Les résultats sont convaincants : le sel conduit l’organisme à retenir les liquides et favorise l’hypertension artérielle. La limitation de sa consommation totale de sel à une quantité inférieure à une cuillerée à café par jour fera probablement baisser une tension artérielle trop élevée. Attention, l’excès inverse (trop peu de sel) aurait lui aussi des conséquences néfastes (fatigue et déshydratation au premier plan), surtout chez les personnes dont la TA est normale.

Le sel (chlorure de sodium) est présent dans pratiquement tous les aliments, d’origine végétale ou animale. Une certaine quantité de sel est nécessaire au bon fonctionnement de l’organisme. Nous avons, en gros, besoin de l’équivalent d’un quart d’une cuillère à café de sel par jour. A table, n’ajoutez pas de sel à vos aliments et limitez-en les quantités lors de la préparation des plats. Évitez les aliments très salés comme les chips ou les aliments conservés.

Les produits alimentaires industriels comme les fromages, leurs dérivés, la mortadelle, le bacon, le jambon, les condiments (moutarde, ketchup et sauce au soja), les produits servis dans les « fast food » et les potages en conserve ou en sachets contiennent souvent une forte quantité de sel. Prendre l’habitude de lire les étiquettes qui décrivent les produits alimentaires le sel y est désigné par les formulations suivantes : glutamate de sodium, chlorure de sodium et bicarbonate de sodium. Plus le sel sera en tête de la liste des composants et plus importante en sera la quantité contenue dans le produit.

Si l’on est en excès de poids, suivre un régime alimentaire est important car un point excédentaire ne fait qu’augmenter la surcharge imposé au cœur. La spiruline, comme on l’a vu ici, est particulièrement intéressante dans le cadre d’un contrôle du poids.

Globalement, si après une période de 3 à 6 mois, la tension artérielle n’est pas revenu à des niveaux plus acceptables, un traitement médicamenteux associé aux règles d’hygiène diététique sera alors nécessaire.

L’effet hypertenseur (baisse de la pression artérielle) de la spiruline

On sait que la riche composition de la spiruline est particulièrement bénéfique pour lutter contre l’hypertension (notamment via les Oméga-3). On sait également que sa consommation a un impact mesurable sur le taux de cholestérol (en particulier, le LDL).

S’ajoute à cela, une étude italienne [1] récente qui vient de mettre en lumière un peptide extrait de la spiruline (le peptide SP6). Ce dernier démontre une action vasodilatatrice ainsi qu’un effet réducteur de la pression artérielle.

Albino Carrizzo, principal auteur de l’étude est convaincu que le SP6 pourrait ainsi constituer un adjuvant naturel aux traitements pharmacologiques courants afin de combattre l’hypertension.
Nul besoin d’attendre une exploitation pharmaceutique, la spiruline est elle-même déjà disponible sous sa forme la plus naturelle…

> Essayez la spiruline

Références :

 

Alain Casal miniature J'explore depuis plus de 10 ans les publications de la littérature scientifique qui concernent la spiruline, ses composants et plus largement, les microalgues. Je m'efforce de proposer des articles sourcés et régulièrement vérifiés en regard des nouvelles données de la recherche.
Alain Casal - Fondateur de Spiruline France.
- A propos

0 Partages


Laisser un commentaire