SPIRULINEFRANCE.FR - Première base informative qui démocratise les données scientifiques de la supplémentation nutritionnelle liées à la spiruline et l'univers des microalgues.
BOUTIQUE

La phycocyanine (pigment bleu)

Du fait de sa composition nutritionnelle hors norme, la spiruline est aujourd'hui considérée comme l’un des aliments les plus riches de la planète : elle constitue le complément alimentaire naturel idéal. Les nombreuses recherches scientifiques dont elle fait l'objet ont mis en lumière l'un de ses actifs responsables des multiples vertus qui lui sont attribuées : la phycocyanine, son pigment bleu.

La phycocyanine : le plus exceptionnel pigment qui entre dans composition de la spiruline.

C'est un antioxydant [1] [2] naturel à la parfaite biodisponibilité considéré comme l'un des plus puissants. C'est également un anti-inflammatoire aux propriétés remarquables [3] [4]. Il est exclusif à la spiruline puisqu'on ne retrouve la phycocyanine dans quasi aucun autre aliment.

Présente généralement à hauteur de 10% à 18%, la phycocyanine est à l'origine du nom que l'on donne communément à la spiruline : "algue bleue". Ce pigment est en effet responsable de la couleur bleutée (couleur cyan) de la spiruline.

Il est d'ailleurs utilisé comme colorant naturel (le seul colorant bleu naturel autorisé en Europe). Faites l'expérience et laissez fondre un comprimé de spiruline dans de l'eau. Vous constaterez - après quelques minutes - des reflets bleus : c'est le pigment phycocyanine qui se disperse.

Un comprimé de spiruline dans de l'eau laisse échapper son pigment bleu, la phycocyanine.
La phycocyanine est plus précisément constituée de l'association de protéines de la famille des phycobiliprotéines et de pigments. Cet ensemble, responsable de sa couleur, jouent un rôle de récepteur dans la photosynthèse (phycocyanobilines).

La phycocyanine, un actif très étudié

La phycocyanine active la production de cellules immunitaires [5], détoxifie l'organisme, renforce l'activité des lymphocytes et assure des fonctions de contrôle cellulaire appropriées.
Il a été mis en avant qu'elle inhibe la croissance, la propagation et le développement des cancers et de certaines autres maladies. Elle freine la progression de la maladie [6] en inhibant la croissance des cellules cancéreuses et en soutenant l’autophagie : mécanisme naturel par lequel l’organisme recycle ses déchets cellulaires. En 2018 Jiang, Liangqian, et al. montrent aussi [7] comment elle favorise l’apoptose, c'est-à-dire, l’élimination des cellules malades dans le cas d’un cancer du sein.

Les biophysiciens indiens Saini MK, Sanyal SN [8] ont découvert que le pigment bleu est une solution naturelle pour la prévention du cancer du côlon.

Dans des études aux États-Unis et en Inde en 2007 [9], des chercheurs ont découvert que la phycocyanine protège le foie du tétrachlorure de carbone lipidique et provoque la mort programmée des cellules cancéreuses du foie.

La phycocyanine inhibe le cancer du pancréas trois jours après l'ingestion (Liao, G. et al.) [10].
Le pigment bleu de la spiruline détoxifie, protège les reins et prévient l'empoisonnement aux métaux lourds.

L'étude clinique Property d'AlgoSource avec le CHU de Nantes vise à analyser l’activité de la phycocyanine comme support de soin en oncologie. Les résultats sont prévus pour 2023.

la phycocyanine se disperse dans un verre d'eau

L'or bleu de la spiruline : des bienfaits multiples

La phycocyanine capte bien mieux la lumière que la chlorophylle. Elle est capable de collecter l'intégralité du spectre solaire qu'elle convertie en apport énergétique et que l'on retrouve ensuite dans la spiruline.

La phycocyanine a une structure similaire à celle de l'érythropoïétine à 1 atome près. Elle stimule la synthèse des globules rouges et blancs, stimule le système immunitaire tout en apportant un effet antioxydant, anti-allergique et anti-inflammatoire.

phycocyanine selon Dr Schmitz

L'érythropoïétine, dont l'abrégé est l'EPO, est connue comme facteur de croissance pour la production de globules rouges dans le sang. Ces derniers font circuler l'oxygène des poumons au reste du corps. Une augmentation des globules rouges augmente ainsi la consommation maximale d’oxygène (VO₂max) qui est l'un des principaux facteurs de la performance physique.

Une étude chinoise de 1994 montre que la phycocyanine peut stimuler l'activité de l'érythropoïétine.

L'appellation "EPO" aura une résonance particulière chez les sportifs, car la substance a été discréditée - à juste titre - en tant qu'agent dopant pour les athlètes d'endurance et les cyclistes notamment.

Avec la spiruline, cependant, le corps pourrait être "dopé" naturellement, sans risque pour la santé, dans une mesure modeste et d'une manière tout à fait naturelle.

Certains experts considèrent l'influence sur l'érythropoïétine comme une raison importante de l'effet d'amélioration de la performance que l'on peut observer après une utilisation régulière de spiruline.

Il faut dire que les résultats des ces expériences sur les animaux n'ont pas été directement étudiés sur l'Homme. Ainsi ce mécanisme d'action peut être actuellement considéré davantage comme une hypothèse forte que comme un fait.

Le rôle de la phycocyanine sur la santé

C'est une véritable perle thérapeutique : le plus puissant antioxydant et anti-radicalaire que l'on puisse trouver (20 fois plus puissant que la vitamine C, 16 fois plus puissant que la vitamine E).

  • Ce pigment renforce les défenses naturelles. C'est le plus puissant stimulant naturel de défenses immunitaires connu.
  • Avec une fonction comparable à celle de l’EPO, elle favorise - de façon bien plus naturelle - l’oxygénation du sang et donc des organes et des muscles.
  • La phycocyanine impacte le recyclage des lactates (acide lactique) générés lors de la contraction musculaire. Ces derniers sont recyclés en ATP (en énergie), la capacité à gérer l'effort physique est prolongée.
  • Même à très faibles doses, elle agit contre le stress oxydatif et donc les effets du vieillissement.
  • Elle favorise la production de cellules souches, la production de globules blancs et rouges, d'anticorps, ainsi que de plaquettes : l'immunité est alors renforcée.
  • Des études ont mis en valeur le fait que la phycocyanine avait une action bénéfique sur d'autres paramètres sanguins (agrégation des plaquettes...).
  • Il a été également montré qu'elle soigne la leucémie, et a une action protectrice contre les radiations.
  • Elle participe à la protection et détoxication du foie : elle encourage la synthèse des sels biliaires (qui améliorent la digestion des lipides).
  • La phycocyanine agit sur la plaque d'athérome (dont les complications sont responsables d'un tiers des décès en Europe) et régule le cholestérol.
  • Elle a aussi une action antitumorale (effets inhibiteurs de la croissance de cellules cancéreuses [11]), anti-inflammatoire, anti-allergique (particulièrement l'asthme)...
  • La phycocyanine réduit fatigue, insomnies... mais également les troubles de la concentration et de la mémoire.
  • Elle est un piégeur de radicaux libres et en particulier des radicaux peroxyles [12].

Comment consommer la phycocyanine ?

On a généralement entre 10 à 18 % de phycocyanine dans la spiruline. Consommer de la spiruline pour profiter de son pigment bleu est ainsi une solution accessible et saine car la microalgue et ses composants conservent leur intégrité naturelle.

Quid de l'extrait de phycocyanine ? L'extraction d'un pigment depuis un aliment brut demande un certain nombre d'étapes de transformation. Il est possible d'extraire la phycocyanine depuis la spiruline, manœuvre qui doit être parfaitement maîtrisée afin de ne pas altérer les molécules et leur biodisponibilité. Cela dit, dissocier la phycocyanine de la spiruline pourrait la rendre vulnérable et entraîner des risques de dégradation durant le transit gastro-intestinal. Lorsque la phycocyanine est portée par la spiruline, cette dernière protège les molécules actives contre la digestion.

On déconseille fortement la phycocyanine sous forme d'ampoules ou de boissons, la proportion de présence du pigment y est anecdotique, pour ne pas dire nulle : de véritables nectars bien emballés mais vides (l'ingrédient principal est souvent... l'eau) qui surfent sur la noblesse de l'ingrédient.

Phycocyanine en poudre (extrait)

La phycocyanine : des contre-indications ?

Si l'on met de côté quelques cas isolés d’allergies cutanées bénignes [13] (urticaires), la phycocyanine n'engendre pas d'effets secondaires. Cette étude [14] - en particulier - conclue qu'elle est un pigment sûr pour la consommation humaine.

Les éléments listés ci-dessus démontrent l'importance de la teneur en phycocyanine dans l'appréciation d'une spiruline de qualité. Vous souhaitez obtenir une spiruline en comprimés, hautement dosée en phycocyanine ? Cliquez ici.

Essayez la spiruline

Références :
  1. Romay, C. H., Armesto, J., Remirez, D., Gonzalez, R., Ledon, N., & Garcia, I. (1998). Antioxidant and anti-inflammatory properties of C-phycocyanin from blue-green algae. Inflammation research47(1), 36-41.
  2. Romay, C. H., Gonzalez, R., Ledon, N., Remirez, D., & Rimbau, V. (2003). C-phycocyanin: a biliprotein with antioxidant, anti-inflammatory and neuroprotective effectsCurrent protein and peptide science4(3), 207-216.
  3. Shih, C. M., Cheng, S. N., Wong, C. S., Kuo, Y. L., & Chou, T. C. (2009). Antiinflammatory and antihyperalgesic activity of C-phycocyanin. Anesthesia & Analgesia, 108(4), 1303-1310.
  4. Al-Qahtani, W. H., & Binobead, M. A. (2019). Anti-inflammatory, antioxidant and antihepatotoxic effects of Spirulina platensis against d-galactosamine induced hepatotoxicity in rats. Saudi journal of biological sciences26(4), 647-652.
  5. Chang, C. J., Yang, Y. H., Liang, Y. C., Chiu, C. J., Chu, K. H., Chou, H. N., & Chiang, B. L. (2011). A novel phycobiliprotein alleviates allergic airway inflammation by modulating immune responses. American journal of respiratory and critical care medicine, 183(1), 15-25.
  6. Jiang, L., Wang, Y., Yin, Q., Liu, G., Liu, H., Huang, Y., & Li, B. (2017). Phycocyanin: a potential drug for cancer treatmentJournal of Cancer8(17), 3416.
  7. Jiang, L., Wang, Y., Liu, G., Liu, H., Zhu, F., Ji, H., & Li, B. (2018). C-Phycocyanin exerts anti-cancer effects via the MAPK signaling pathway in MDA-MB-231 cellsCancer cell international18(1), 1-14.
  8. Saini, M. K., & Sanyal, S. N. (2014). Piroxicam and c-phycocyanin prevent colon carcinogenesis by inhibition of membrane fluidity and canonical Wnt/β-catenin signaling while up-regulating ligand dependent transcription factor PPARγ. Biomedicine & Pharmacotherapy68(5), 537-550.
  9. Vadiraja, B. B., Gaikwad, N. W., & Madyastha, K. M. (1998). Hepatoprotective effect of C-Phycocyanin: protection for carbon tetrachloride andR-(+)-pulegone-mediated hepatotoxicty in rats. Biochemical and Biophysical Research Communications249(2), 428-431.
  10. Liao, G., Gao, B., Gao, Y., Yang, X., Cheng, X., & Ou, Y. (2016). Phycocyanin inhibits tumorigenic potential of pancreatic cancer cells: role of apoptosis and autophagy. Scientific reports6, 34564.
  11. Bannu, S. M., Lomada, D., Gulla, S., Chandrasekhar, T., Reddanna, P., & Reddy, M. C. (2019). Potential Therapeutic Applications of C-Phycocyanin. Current drug metabolism.
  12. Bhat, V. B., & Madyastha, K. M. (2000). C-phycocyanin: a potent peroxyl radical scavenger in vivo and in vitro. Biochemical and biophysical research communications275(1), 20-25.
  13. Petrus, M., Culerrier, R., Campistron, M., Barre, A., & Rougé, P. (2009). ALLERGY Net. Allergy65, 924-925.
  14. Jensen, G. S., Drapeau, C., Lenninger, M., & Benson, K. F. (2016). Clinical safety of a high dose of Phycocyanin-enriched aqueous extract from Arthrospira (Spirulina) platensis: Results from a randomized, double-blind, placebo-controlled study with a focus on anticoagulant activity and platelet activation. Journal of medicinal food19(7), 645-653.
  15. Zhang, C. (1994). Second Asia-Pacific Conference on Alga Biotechnology, April 25-27. The Effects of Polysaccharide and Phycocyanin from Spirulina platensis variety on Peripheral blood and Hematopoietic system of Bone Marrow in Mice, 58.

Alain Casal miniature J'explore depuis plus de 10 ans les publications de la littérature scientifique qui concernent la spiruline, ses composants et plus largement, les microalgues. Je m'efforce de proposer des articles sourcés et régulièrement vérifiés en regard des nouvelles données de la recherche.
Alain Casal - Fondateur de Spiruline France.
- A propos



Laisser un commentaire