Spiruline et défenses naturelles

Le système immunitaire est une « machine » incroyablement sophistiquée qui est au fondement de notre bonne santé. Il est aux premières lignes de défense contre les agressions extérieures. Il sait reconnaître ce qui appartient sainement au corps (cellules, protéines, organes, tissus, etc.) et les éléments étrangers susceptibles d’être néfastes.

Seules les personnes ayant une immunité intacte et forte sont en mesure de combattre efficacement les agressions diverses et les agents pathogènes : virus, microbes, bactéries, maladies environnantes, etc.
Sans système immunitaire, il est impossible de survivre; avec un bon système immunitaire nous sommes mieux protégés et tombons moins malades.

Telle une armure solide, nous réduisons les risques de rhumes… Jusqu’à la prévention de maladies bien plus graves.

Lorsque les virus parviennent à franchir les barrières naturelles de protection (muqueuses de la bouche, du nez, voies respiratoires…), les chances de guérir rapidement sont bien meilleures si le système immunitaire est efficient.

En outre, le corps réagit également en préparant les «secondes vagues défensives», en stimulant la production de globules blancs (leucocytes). Il est démontré que la façon dont le système immunitaire répond à l’invasion d’agents pathogènes dépend à 75% des habitudes de vie.

Si une alimentation saine et équilibrée aide le système immunitaire à se renforcer, tous les experts estiment qu’une prise quotidienne de quelques grammes de spiruline apporte un support immunitaire aisément démontrable.
La consommation de 2 à 3 grammes / jour de spiruline stimule l’activité des défenses naturelles et renforce ainsi les capacités d’auto-protection.

De multiples facteurs affaiblissent le système immunitaire :

  • Un surplus de stress
  • Une mauvaise qualité de sommeil
  • Un manque d’exercice physique
  • Une mauvaise alimentation
  • Des problèmes médicaux sous-jacents
  • Les changements saisonniers

Pour soutenir le système immunitaire, il est nécessaire avant tout de lui donner toutes ses chances d’œuvrer dans sa pleine capacité : une bonne nutrition, un sommeil suffisant et réparateur, une pratique sportive suffisante et régulière, une bonne gestion du stress et une hygiène de vie saine (en évitant tabac, alcool, etc.).

> Un sommeil optimal augmente la concentration de globules blancs dans le sang.

> En faisant de l’exercice régulièrement, le corps s’oxygène et active l’élimination des toxines, ce qui favorise le système de défense.

> Il est démontré que les personnes en surpoids souffrent davantage d’infections car leur réponse aux anticorps est diminuée. Surveiller son poids est donc essentiel pour soutenir son système immunitaire.

> Selon le Conseil européen de l’information sur l’alimentation, ne pas manger suffisamment de calories influence la capacité immunitaire de l’organisme. Un apport inférieur à 1200 kcal / jour peut diminuer la capacité à lutter contre les infections.

> La relation entre le stress et le système immunitaire est très étroite : des études [1] [2] montrent notamment que le stress modifie l’expression des gènes présents dans les globules blancs et perturbe ainsi le fonctionnement normal du système immunitaire. La pratique de disciplines relaxantes telles que la méditation, le Tai Chi ou le yoga permet d’agir positivement sur le fonctionnement du système immunitaire.

> Une attitude positive et une vie sociale épanouie renforce les défenses naturelles. Cela stimule les anticorps et supprime la libération d’hormones nocives. [3]

> Se laver les mains régulièrement (notamment avant de manipuler des aliments et après avoir toussé, éternué ou s’être mouché) pendant au moins 20 secondes aide à réduire la propagation des virus.

Améliorer toutes ces « habitudes santé » est bien évidemment bénéfique, mais s’avère souvent compliqué et insuffisant.

La grande variété des nutriments de la spiruline aide à renforcer les défenses naturelles

En particulier, la phycocyanine, le bêta-carotène, et selon des découvertes récentes les polysaccharides seraient aussi responsables d’effets stimulants sur le système immunitaire.

En outre, les vitamines, les acides gamma-linoléniques, les oligo-éléments, le sélénium, le fer et le zinc présents dans la spiruline rendent la tâche difficile aux éléments pathogènes.

L’effet stimulant immunitaire de la spiruline est mesurable : des études ont mis en avant le fait que les globules blancs – que l’on appelle lymphocytes T (cellules T), les macrophages et les Killer Cells (cellules naturellement destructrices) – étaient activés par la consommation de spiruline. Ceux-ci ont pour rôle de neutraliser et de détruire les agents pathogènes.

Les lymphocytes T neutralisent directement les cellules infectées par un pathogène. Les macrophages, sorte d’éboueurs de l’organisme, constituent un puissant système de défense capable de reconnaître et d’assimiler les pathogènes avant qu’ils causent des dommages.

Ces conclusions ont été relayées lors du Colloque international sur les cyanobactéries en 2004 (IRD).

Les substances appelées « cytokines » sont particulièrement sécrétées [4] sous l’influence de la spiruline, elles stimulent également les cellules chargées du développement des défenses immunitaires.

Le médecin Jean Louis Vidalo rajoute que la spiruline possède une paroi à membrane souple, sans cellulose, dotée de propriétés immunostimulantes, apte à stimuler les défenses naturelles déficientes des malades.

L’activité antioxydante

La spiruline contient de nombreux antioxydants. Ces derniers ont pour effet de protéger les cellules contre d’éventuelles réactions inflammatoires démesurées. Ils peuvent potentiellement contenir le développement d’un virus [5] en inhibant l’inflammation au sein des cellules.

La spiruline favorise la résistance de l’organisme, elle est donc particulièrement indiquée en période hivernale, période durant laquelle les rhumes et les grippes font de nombreux cas chaque année. Si les personnes âgées sont les plus touchées, cela s’explique par une diminution de l’efficacité du système immunitaire avec les années. Dans leur publication, Hayashi, Toshimitsu, et al. [6] indiquent avoir isolé un polysaccharide sulfaté appelé calcium spirulan (Ca-SP) ayant des capacités à inhiber la réplication de plusieurs virus enveloppés.

Par ses capacités à stimuler l’immunité et à renforcer les défenses naturelles, la consommation de spiruline est ainsi recommandée dans le cadre d’une alimentation préventive des maladies virales et bactériennes causées par les virus et les bactéries qui nous entourent (rhume, rhinite, etc.).

L’étude publiée sur Nature.com [7] analyse l’efficacité de la spiruline en matière d’inhibition de la réplication du virus de la grippe, en particulier lorsqu’elle est prise en amont de l’infection ou à ses tout premiers stades (jusqu’à 90% d’inhibition du virus).
Les conclusions de l’étude en matière de timing démontrent tout l’intérêt de la spiruline en tant qu’aliment préventif.

Pour les sujets en bonne forme jusqu’à ceux ayant une santé fragile, consommer de la spiruline au quotidien est un réflexe santé simpliste qui vient efficacement et naturellement soutenir les défenses innées de l’organisme.

Essayez la spiruline

Références :
  • Allégations EFSA : ID 1867 – Antioxydant; ID 2583 & ID 1876 – Défenses naturelles
  • [1] Wieduwild, E., Girard-Madoux, M. J., Quatrini, L., Laprie, C., Chasson, L., Rossignol, R., … & Ugolini, S. (2020). β2-adrenergic signals downregulate the innate immune response and reduce host resistance to viral infection. Journal of Experimental Medicine217(4).
  • [2] Cacioppo, J. T. (1994). Social neuroscience: Autonomic, neuroendocrine, and immune responses to stress. Psychophysiology31(2), 113-128.
  • [3] Jaremka, L. M., Fagundes, C. P., Glaser, R., Bennett, J. M., Malarkey, W. B., & Kiecolt-Glaser, J. K. (2013). Loneliness predicts pain, depression, and fatigue: understanding the role of immune dysregulation. Psychoneuroendocrinology38(8), 1310-1317.
  • [4] Mao, T. K., Van de Water, J., & Gershwin, M. E. (2000). Effect of Spirulina on the secretion of cytokines from peripheral blood mononuclear cells. Journal of medicinal food3(3), 135-140.
  • [5] Beck, M. A. (2001). Antioxidants and viral infections: host immune response and viral pathogenicity. Journal of the American College of Nutrition20(sup5), 384S-388S.
  • [6] Hayashi, T., Hayashi, K., Maeda, M., & Kojima, I. (1996). Calcium spirulan, an inhibitor of enveloped virus replication, from a blue-green alga Spirulina platensis. Journal of natural products59(1), 83-87.
  • [7] Chen, Y. H., Chang, G. K., Kuo, S. M., Huang, S. Y., Hu, I. C., Lo, Y. L., & Shih, S. R. (2016). Well-tolerated Spirulina extract inhibits influenza virus replication and reduces virus-induced mortality. Scientific reports6(1), 1-11.
  • Hayashi, O., KATOH, T., & OKUWAKI, Y. (1994). Enhancement of antibody production in mice by dietary Spirulina platensis. Journal of Nutritional Science and Vitaminology40(5), 431-441.
  • Selmi C, Leung PS, Fischer L, et al. The effects of Spirulina on anemia and immune function in senior citizens. Cell Mol Immunol. 2011;8(3):248-54.
  • Girardin-Andréani, C. (2005). Spiruline: système sanguin, système immunitaire et cancer. Phytothérapie3(4), 158-161.

J'explore depuis plus de 10 ans les publications de la littérature scientifique qui concernent la spiruline, ses composants et plus largement, les microalgues. Je m'efforce de proposer des articles sourcés et régulièrement vérifiés en regard des nouvelles données de la recherche.
Alain Casal - Fondateur de Spiruline France.
A propos

214 Partages


Laisser un commentaire