Spiruline et maladies cardio-vasculaires

Les maladies cardio-vasculaires sont en tête au niveau des causes décès dans les pays occidentaux

La spiruline pour la santé du coeurMalgré sa petite taille et son faible poids (entre 300 et 500 grammes), le coeur est un organe impressionnant au niveau de son activité.

Il bat jusqu’à 100000 fois par jour et propulse environ 6 litres de sang par minute dans l’ensemble des vaisseaux dont l’étendue est immense : 100000 kilomètres soient deux fois et demi la circonférence de la terre.

Lorsque ces vaisseaux se rétrécissent, le risque de développer des maladies cardio-vasculaires devient important.

L’infarctus en est un exemple. Il est causé par un manque d’approvisionnement du muscle cardiaque. Si les artères coronaires situées autour du coeur se bouchent, celui-ci ne reçoit plus de sang et ne peut donc plus pomper. L’individu meurt après quelques heures si aucune intervention n’a lieu.
Le pronostic vital dépend de l’étendue de la partie du muscle cardiaque qui n’est plus irriguée.

Le processus de rétrécissement des artères prend des années

L’âge figure parmi les facteurs qui augmentent le risque de développer des maladies cardio-vasculaires.
Avec le vieillissement, les tissus constituant les artères perdent en élasticité.
Cette obsolescence normale des vaisseaux est désignée par le terme artériosclérose.
Celle-ci est très souvent accompagnée de dépôts qui bouchent la paroi des grosses artères.
La plus grande partie des substances présentes dans ces dépôts est le cholestérol.

Une vaste étude [1]  parue dans The Lancet (analyse des données d’environ 400 000 personnes) montre qu’abaisser précocement le taux de cholestérol permettrait de réduire le risque cardiovasculaire ultérieur.

« On a l’âge de ses artères »

Le vieillissement normal n’est qu’un des facteurs pouvant provoquer des maladies cardio-vasculaires. D’autres facteurs sont beaucoup plus dangereux. Citons encore l’excès de cholestérol, l’hypertension, le tabagisme, une mauvaise alimentation, la sédentarité, le stress et bien d’autres. Avec une mauvaise hygiène de vie, les problèmes peuvent apparaître bien avant l’âge de 65 ans. Les antécédents familiaux et personnels sont aussi à prendre en compte.

L’hygiène de vie, le pilier de la prévention

Une bonne hygiène de vie – alimentaire & physique – correcte, est le moyen de le plus sûr et le plus naturel prévenir les maladies cardiovasculaires. Une démarche qui demande une prise de conscience associée à des efforts qui doivent faire face aux réalités de notre société moderne qui rend la tâche hélas bien plus complexe qu’elle n’y paraît.

Préserver son système cardio-vasculaires par la micronutrition ?

Les régimes riches en fruits et légumes donnés pendant 8 semaines sont associés à une diminution de marqueurs d’atteinte cardiaque infraclinique chez les adultes sans pathologie cardiovasculaire préexistante.

Les antioxydants [2] et les acides gras essentiels (qui font également partie de la composition de la spiruline) contribuent à maintenir une bonne santé cardio-vasculaire.

Parmi les éléments présents dans la spiruline, certains ont déjà fait leurs preuves. Ainsi, le bêta-carotène [3] et la vitamine E  ont montré de l’efficacité dans le ralentissement des maladies cardio-vasculaires chez les patients diabétiques. Les Oméga 3 [4] aident à prévenir l’apparition de caillots et diminuent l’hypertension.

Diverses études [5] [6] [7] [8] menées à travers le monde (plus d’une vingtaine) ont mis en valeur des effets bénéfiques de la consommation de spiruline sur le profil lipidique sanguin des candidats, avec notamment :

  • des baisses des triglycérides
  • des baisses de cholestérol total
  • des baisses du « mauvais » cholestérol (LDL)
  • des augmentations légères du bon cholestérol (HDL)
  • des baisses de la pression sanguine (systolique & diastolique)
  • des réductions significations des concentrations plasmatiques du cholestérol total

Si certaines de ces études pourraient être « accusées » de manquer de rigueur (absence pour certaines de groupe placebo), il est de plus en plus évident que l’alimentation a un rôle-clé. Par exemple, cette publication [9] confirme que les régimes riches en fruits et légumes sont associés à une diminution de marqueurs d’atteinte cardiaque infraclinique chez les adultes sans pathologie cardiovasculaire préexistante. La spiruline, sans effets secondaires, est leader des top-aliments à intégrer dans sa routine alimentaire quotidienne.

Essayez la spiruline

Références :
  • [1] Brunner, F. J., Waldeyer, C., Ojeda, F., Salomaa, V., Kee, F., Sans, S., … & Moitry, M. (2019). Application of non-HDL cholesterol for population-based cardiovascular risk stratification: results from the Multinational Cardiovascular Risk Consortium. The Lancet394(10215), 2173-2183.
  • [2] Asplund, K. (2002). Antioxidant vitamins in the prevention of cardiovascular disease: a systematic review. Journal of internal medicine251(5), 372-392.
  • [3] Kulczyński, B., Gramza-Michałowska, A., Kobus-Cisowska, J., & Kmiecik, D. (2017). The role of carotenoids in the prevention and treatment of cardiovascular disease–Current state of knowledge. Journal of Functional Foods38, 45-65.
  • [4] Mori, T. A. (2006). Omega‐3 fatty acids and hypertension in humans. Clinical and experimental pharmacology and physiology33(9), 842-846.
  • [5] Juárez-Oropeza, M. A., Mascher, D., Torres-Duran, P. V., Farias, J. M., & Paredes-Carbajal, M. C. (2009). Effects of dietary Spirulina on vascular reactivity. Journal of medicinal food12(1), 15-20.
    note : chez 36 personnes (qui avaient juste un peu d’hypertension), la spiruline a démontré une amélioration générale de la cardioprotection.
  • [6] Torres-Duran, P. V., Ferreira-Hermosillo, A., & Juarez-Oropeza, M. A. (2007). Antihyperlipemic and antihypertensive effects of Spirulina maxima in an open sample of Mexican population: a preliminary report. Lipids in Health and Disease6(1), 33.
  • [7] Mazokopakis, E. E., Papadomanolaki, M. G., Fousteris, A. A., Kotsiris, D. A., Lampadakis, I. M., & Ganotakis, E. S. (2014). The hepatoprotective and hypolipidemic effects of Spirulina (Arthrospira platensis) supplementation in a Cretan population with non-alcoholic fatty liver disease: a prospective pilot study. Annals of gastroenterology: quarterly publication of the Hellenic Society of Gastroenterology27(4), 387.
  • [8] Serban, M. C., Sahebkar, A., Dragan, S., Stoichescu-Hogea, G., Ursoniu, S., Andrica, F., & Banach, M. (2016). A systematic review and meta-analysis of the impact of Spirulina supplementation on plasma lipid concentrations. Clinical Nutrition35(4), 842-851.
  • [9] Juraschek, S. P., Kovell, L. C., Appel, L. J., Miller III, E. R., Sacks, F. M., Christenson, R. H., … & Mukamal, K. J. (2020). Associations Between Dietary Patterns and Subclinical Cardiac Injury: An Observational Analysis From the DASH Trial. Annals of Internal Medicine.

J'explore depuis plus de 10 ans les publications de la littérature scientifique qui concernent la spiruline, ses composants et plus largement, les microalgues. Je m'efforce de proposer des articles sourcés et régulièrement vérifiés en regard des nouvelles données de la recherche.
Alain Casal - Fondateur de Spiruline France.
A propos

125 Partages


Commentaires :

Picot dit :

Bonjour,

Tout ce que vous nous apprenez sur la Spiruline est absolument passionnant.
Avant de passer commande, pour moi, une seule chose manque … , quelle posologie au quotidien ?

Bien à vous,

Joëlle Picot

Alain - Spiruline France dit :

Bonjour Joëlle, cet article répond à votre interrogation : https://www.spirulinefrance.fr/dosage-posologie

Laisser un commentaire