On vous ment : l’industrie agro-alimentaire ne vous veut pas du bien

Les industriels agro-alimentaire basent de plus en plus leur publicité sur le fait que leurs aliments « lights », « allégés »… sont sains et donc bon pour la santé. Pourtant, sur le long terme, il semblerait que ces produits aient, justement, l’effet exactement opposé.

Les produits « lights » : l’histoire

zeropourcentAu début des années 1980, des produits dits « lights » sont développés. Cependant, ces derniers sont remplis de sucre. La base de leur fabrication est en fait de remplacer les graisses par les sucres. Une consommation fréquente de ces produits entraîne donc non pas un amaigrissement mais une prise de poids non désirée.
Au début des années 2000, un rapport classe les producteurs alimentaires selon leur dangerosité. Ce rapport n’a pas forcément eu un bon impact. Dès lors, les industriels diversifie leur gamme et deux choix s’offrent à eux : développer des produits plus sains ou alors vendre des produits identiques mais avec une meilleure publicité. Le consommateur croit, de cette façon, acheter un produit sain qui en fait n’en est pas un.

Le système d’étiquetage

Un système d’étiquetage très facile d’accès a été proposé par la Food Standards Agency pour aider le consommateur à évaluer les quantités de graisses, calories, sel et sucres : le rouge signifiait une quantité élevée, le orange une quantité moyenne et le vert une quantité faible. Mais les industriels ne sont pas obligés d’appliquer ce système et bon nombre d’entre eux en font l’impasse. Pour ceux qui l’adoptent on remarque un transfert d’achat. Le consommateur se dirige de plus en plus vers les étiquettes vertes. Malgré le succès avéré de cette proposition, elle ne sera pas votée et restera facultative. En 2010, ce système est définitivement enterré mais un second système est proposé par les députés. Là encore, il s’agit de faciliter la lecture des étiquettes par le consommateur. Les industriels s’y opposent formellement et veulent proposer leur propre système d’étiquetage. Les députés finiront pas céder.

Ainsi, l’étiquette inscrit les repères nutritionnels journaliers, et évidemment, tout est fait pour rendre la lecture difficile. Les couleurs sont choisies de sorte qu’elles se fondent avec le reste du décor. Par ailleurs, les repères nutritionnels sont calculés sur de faibles proportions et le consommateur ne se rend donc pas compte de ce qui est véritablement présent dans le produit qu’il achète.

Le dangers des produits lights et allégés

Prenons l’exemple des céréales allégées. Toute la publicité de ce genre de produit est basée sur le fait que l’on maigrit en en mangeant. Pourtant, ces céréales dites « lights » ont une très forte teneur en sucre.
Il en est de même pour les produits affichant fièrement que les matières grasses sont allégées. Les étiquettes sont alors très peu détaillées. De cette façon, le consommateur n’a, parfois, aucun moyen de connaitre l’huile qui est utilisée dans sa vinaigrette allégée par exemple. Il n’est pas rare que les industriels abusent de la confiance du consommateur en introduisant des produits tels que l’huile de palme…

Une étude menée par Pierre Chandon a été faite concernant les produits lights. Ainsi, un produit portant la mention « allégé » est doublement consommé par le client. Dans l’imaginaire collectif, le consommateur sous estime la valeur nutritionnelle qu’il ingurgite et se permet donc plus d’excès. De ce fait, il mange plus et cela entraîne souvent une prise de poids que le consommateur n’arrive pas à comprendre et à justifier.

Pour éviter toute prise de poids indésirée, il faut donc bien lire les étiquettes inscrites sur les produits que vous achetez. Ce n’est pas parce qu’il y a marqué « light » ou « allégé » que le produit est conseillé lors d’un régime. Les industriels jouent justement sur ce point pour inciter le consommateur à acheter et ce, en plus grosse quantité.

Pour conclure, nous vous conseillons vivement d’éviter ces produits industriels abondamment marketés, oubliez les lights », oubliez les « allégés ». Si vous souhaitez prendre soin de votre santé, optez plutôt pour de vrais aliments sains, comme les fruits et légumes du marché ou bien évidemment la spiruline, petite algue à de la base de la chaine alimentaire, non transformée et 100% naturelle qui n’interesse pas ce monde industriel car non brevetable…

Vous aimez cet article ?

On vous ment : l’industrie agro-alimentaire ne vous veut pas du bien
Soutenez-nous en mettant des étoiles à cette page... 👍(cliquez 2 fois si vous êtes sur mobile)



Laisser un commentaire

Acheter