Boutique

Spiruline et sommeil

Les composants de la spiruline agissent positivement sur la qualité du sommeil, ce dernier ayant un impact direct sur la santé à court, à moyen et à long terme. Diverses expériences montrent, à la suite d’une prise de spiruline, une très nette réduction de la fatigue au réveil mais également durant la journée.

Être physiquement actif et suivre une alimentation équilibrée sont la base d’une bonne santé, mais les spécialistes insistent sur le fait que bien dormir devrait être le troisième pilier essentiel de la santé.

la spiruline pour dormir mieux

Les troubles du sommeil : un mal du siècle

L’Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV) a publié une étude en 2017 démontrant que la qualité du sommeil des Français ne cesse de se détériorer. Globalement, tous les pays industrialisés souffrent d’une diminution consternante de la quantité et de la qualité du sommeil.

En France, 16% de la population souffre d’insomnie chronique, 28 % ressent une somnolence en journée et nombreux sont ceux qui souffrent de sommeil inconstant ou de difficulté à s’endormir… Selon l’INSERM, la moitié des 24-45 ans déclare dormir insuffisamment.

Les chiffres montrent notamment que le mode de vie moderne (écrans, voyages, etc.) perturbe incontestablement le rythme du sommeil. Les difficultés d’endormissement ne concernent désormais plus uniquement les insomniaques, mais la grande majorité de la population.

Alors que la vente d’hormones est strictement interdite en France, aux Etats-Unis, les problèmes de sommeil sont très couramment traités avec de la prise de mélatonine de synthèse, que l’on trouve en pharmacie.
Triste constat, la France détient le record de consommation de somnifères et autres anxiolytiques, produits qui n’ont rien de naturel et aux multiples effets secondaires néfastes.

Quels sont les impacts d’un manque de sommeil ?

Le sommeil représente presque 1/3 de notre vie : il est profondément lié à l’état de santé général. Chez l’humain, un manque de sommeil entraîne toute une série de dysfonctionnements physiques, mentaux et immunitaires. Des études ont montré qu’un manque de sommeil peut sérieusement augmenter le risque de présenter notamment des maladies cardiaques, un AVC, une dépression, du diabète et une obésité.

Chez les enfants, cela peut retarder la croissance ou entraîner une augmentation des infections.
Dormir suffisamment chaque nuit et maintenir un rythme de sommeil régulier sont intrinsèquement liés à la santé, au bien-être et à la vitalité en général.
Un adulte devrait dormir entre 7 et 9 heures par nuit pour maintenir ses capacités cognitives et physiques optimales.

L’insomnie : des causes diverses

Ces dernières années, l’évolution du rythme de vie dans les sociétés occidentales, les ajustements horaires ou le travail sur ordinateur ont affecté la qualité du sommeil.

L’insomnie est l’un des troubles les plus fréquents, qu’elle soit due à des facteurs internes ou externes comme :

  • Les reflux gastro-œsophagiens qui apparaissent lorsque les acides de l’estomac remontent dans l’œsophage. Les brûlures sont accentuées lorsque l’on est allongé, ce qui provoque des douleurs, des brûlures d’estomac, des régurgitations et des réveils fréquents.
  • Les jambes agitées, trouble d’origine neurologique, est caractérisé par une volonté incontrôlable de secouer les membres inférieurs. Les hommes et les femmes qui en souffrent ont besoin de les bouger pour soulager une sensation désagréable, parfois même douloureuse.
  • Le mal de tête du réveil : c’est un mal de tête qui “coupe” le sommeil. Ce trouble est le plus souvent observé chez les personnes de plus de 50 ans. Il n’y a pas de cause spécifique, bien que cela puisse être dû à la pression exercée par la mâchoire pendant un sommeil sous tension.
  • L’humeur : il est essentiel d’être bien dans sa peau pour s’endormir. L’agitation due à un mauvais sommeil, la nervosité ou le stress maintiennent le corps en alerte constante… et le sommeil est perturbé. Si environ 30% de la population souffre de troubles du sommeil, l’insomnie est l’un des plus fréquents.

Le sommeil : un acte réparateur pour le cerveau

À l’inverse, le manque de sommeil affecte le bon fonctionnement du cerveau. En analysant l’évolution des connexions neuronales lors des phases d’éveil et de sommeil, les scientifiques ont mis en évidence son rôle essentiel.

Ils ont découvert, notamment, que certaines synapses, c’est-à-dire les zones de contact entre les neurones qui leur permettent de communiquer entre eux, sont renforcées pendant les phases de sommeil qui suivent l’apprentissage, tandis d’autres sont réduites. Ces modifications des synapses ont pour but de rendre nos souvenirs plus clairs.

Combien de temps faut-il dormir ?

Les besoins en sommeil varient tout au long de la vie, en fonction de l’âge, mais aussi de facteurs multiples comme la génétique.

Cependant, la National Sleep Foundation recommande cela :

  • De 14 et 17 heures pour les enfants de moins de 3 mois.
  • De 12 à 15 heures pour les bébés de 3 à 11 mois.
  • De 11 et 14 heures pour les enfants entre 1 et 2 ans.
  • De 10 à 13 heures pour les 2 à 5 ans.
  • Environ 9 ou 11 heures entre 5 et 13 ans.
  • De 8 à 10 heures pour les adolescents.
  • De 7 et 9 heures pour les adultes.

Physiologiquement, les adultes n’ont pas besoin de dormir plus de 9 heures.

La spiruline : une solution naturelle pour mieux dormir ?

La plupart du temps, en modifiant ses habitudes alimentaires, il est possible d’améliorer de façon significative son sommeil.

La spiruline quant à elle contient d’innombrables phytonutriments qui permettent de bonifier intensément le statut micronutritionnel, de rééquilibrer le métabolisme et de réguler la sécrétion d’hormones.
En particulier, elle a la capacité de stimuler de façon naturelle la sécrétion de l’hormone du sommeil : la mélatonine [1][2].

Cette fameuse hormone centrale du cerveau est synthétisée par la glande pinéale et située dans les noyaux suprachiasmatiques. Elle régule notre horloge biologique interne [3] : elle est associée à notre horloge circadienne qui rythme nos journées (phases de veille, de sommeil, régulation de la température du corps, etc.).

La qualité de nos nuits dépend directement de cette “hormone du sommeil” que l’on appelle également le “somnifère naturel”.

Nous pourrions également noter les effets antioxydants de la mélatonine et son impact sur le vieillissement, dans les affections neurodégénératives (Alzheimer, etc.) et dans les dégénérescences cancéreuses… Conclusions que l’on peut retrouver dans des publications scientifiques de haute autorité [4].

Les substances à éviter : l’alcool, le tabac, le café, l’ibuprofène, l’aspirine, etc. épuisent la mélatonine. En outre, si la mélatonine de synthèse (hormone) existe, seuls les compléments alimentaires qui contiennent moins de 2 milligrammes par prise sont autorisés.

Le tryptophane : un élément clé pour le sommeil

Cet acide aminé favorise l’endormissement, il est en effet à l’origine de la synthèse de la mélatonine. Plusieurs études [5][6] démontrent que la consommation de tryptophane – notamment par l’intermédiaire d’aliments qui en sont riches (la spiruline, le lait, les amandes, etc.) –  permet un endormissement plus rapide et accroît les sensations de fatigue et de somnolence.

Témoignage de Jean sur sa facilité pour dormir

Essayez la spiruline

Références :
  • [1] Cummings, C., Société canadienne de pédiatrie, & Comité de la pédiatrie communautaire. (2012). La mélatonine pour traiter les troubles du sommeil chez les enfants et les adolescents. Paediatrics & Child Health17(6), 334-336.
  • [2] Janjua, I., & Goldman, R. D. (2016). Utilisation de la mélatonine pour le sommeil chez les enfants en bonne santé. Canadian Family Physician62(4), e179-e181.
  • [3] Claustrat, B. (2009). Mélatonine et troubles du rythme veille-sommeil. Médecine du sommeil6(1), 12-24.
  • [4] Tan, D. X., Manchester, L. C., Esteban-Zubero, E., Zhou, Z., & Reiter, R. J. (2015). Melatonin as a potent and inducible endogenous antioxidant: synthesis and metabolism. Molecules20(10), 18886-18906.
  • [5] Hartmann, E. (1982). Effects of L-tryptophan on sleepiness and on sleep. Journal of psychiatric research17(2), 107-113.
  • [6] Wyatt, R., Kupfer, D., Sjoerdsma, A., Engelman, K., Fram, D., & Snyder, F. (1970). Effects of L-tryptophan (a natural sedative) on human sleep. The lancet296(7678), 842-846.
  • World Sleep Federation (WSF)
  • Réseau Morphée
  • Peyronnet, M. (2005). Le sommeil retrouvé. Alpen Editions sam.

Alain Casal miniature J'explore depuis plus de 10 ans les publications de la littérature scientifique qui concernent la spiruline, ses composants et plus largement, les microalgues. Je m'efforce de proposer des articles sourcés et régulièrement vérifiés en regard des nouvelles données de la recherche.
Alain Casal - Fondateur de Spiruline France.
- A propos

227 Partages


Laisser un commentaire