La spiruline face à la maladie d’Alzheimer

Parmi les maladies neuro-dégénératives qui surviennent en vieillissant, la maladie d’Alzheimer est probablement la plus connue du grand public. Bien que l’on ignore encore l’origine exacte de cette maladie qui atteint la mémoire, les médecins sont aujourd’hui capables, notamment grâce aux équipements d’imagerie médicale, d’étudier son évolution et la façon dont elle détruit progressivement les neurones et les synapses.La spiruline, une arme contre l'Alzheimer

Dans le cerveau, la maladie endommage en premier lieu l’hippocampe, siège de la mémoire, puis s’attaque aux régions qui gèrent les informations issues des cinq sens et enfin au cortex, moteur qui régit la parole, la marche et la fonction de déglutition.

Le mécanisme observé est toujours le même : il consiste en l’accumulation de protéines anormales à l’extérieur des neurones, ou plaque amyloïde, qui cause une oxydation et une inflammation de ces mêmes neurones jusqu’à les détruire.

A ce jour, la recherche n’a pas encore permis d’aboutir à un traitement efficace pour contrer la maladie d’Alzheimer et il n’existe pas de solutions pour endiguer cette maladie dont les symptômes sont malheureusement irréversibles. Néanmoins, des études sont actuellement menées, qui explorent l’influence de l’alimentation sur la protection du cerveau aux attaques inflammatoires et sur l’amélioration de la communication entre les neurones.

En particulier, le Dr Carl Cotman a démontré sur plus de 70 vieux chiens qu’une alimentation riche en antioxydants permettait de récupérer une partie de la mémoire disparue avec l’âge. Ces observations ont pu être confirmées à l’imagerie médicale, avec notamment une forte diminution de la plaque amyloïde.

D’autres recherches, à Université de Tel Aviv notamment, ont été menées sur des sujets humains. Elles ont montré qu’une alimentation riche Oméga-3 et pauvre en cholestérol présentait également des résultats remarquables. Lorsque l’on connait la composition de la spiruline, on en déduit très vite son intérêt dans ce cas précis.

Si aucun traitement n’est encore opérationnel, il est néanmoins possible de ralentir la progression de la maladie d’Alzheimer.

Pour ce faire, des protocoles basés à la fois sur des stimulations neuro-sensorielles et une alimentation étudiée sont utilisés, et présentent des résultats encourageants. Le Dr Cousens a notamment démontré il y a déjà trente ans les vertus de l’algue bleue AFA sur l’amélioration de l’attention et de la mémoire des sujets, ou a minima un ralentissement de la progression des symptômes.

Les chercheurs de l’université de Zurich poursuivent pour leur part la piste de la nostocarboline (substance présente dans la spiruline), qu’ils sont parvenus à isoler et qui pourrait s’avérer active pour lutter contre la maladie. En effet, elle neutralise l’enzyme cholinestérase, on observe alors un ralentissement de la progression d’Alzheimer.

Cette piste de recherche axée sur la psycho-nutrition est aujourd’hui jugée très prometteuse et capitale par la communauté médicale, les médecins au contact des malades fondent de grands espoirs sur l’alimentation pour le traitement de la maladie.

Vous aimez cet article ?

La spiruline face à la maladie d’Alzheimer
5 (100%) 2 votes



Laisser un commentaire

Acheter