SPIRULINEFRANCE.FR - Première base informative qui démocratise les données scientifiques de la supplémentation nutritionnelle liées à la spiruline et l'univers des microalgues.
BOUTIQUE

Les protéines complètes de la spiruline

La spiruline est la plus grande source alimentaire de protéines. Celles-ci ont la particularité d'être de très bonne qualité et d'offrir un excellent degré de digestibilité.

spiruline et protéines

Spiruline : un taux record de protéines

La spiruline contient 3 fois plus de protéines que la viande de bœuf, 2 fois plus que le soja et 9 fois plus que le riz. Son taux de protéines est un record : si la table Cliqual de l'Anses accorde à la spiruline une teneur de 57,5g pour 100g, la teneur moyenne est de 60,4% et peut atteindre 79,7% selon les données - bien plus fiables - du Centre d'Étude et de Valorisation des Algues [6].

taux de protéines de la spiruline données CEVA

La spiruline, en tête des aliments les plus riches en protéines :

aliments les plus riches en proteines selon le cliqual

Notons que la valeur nutritive des protéines dépend surtout de la qualité des acides aminés et de leur digestibilité (valeur biologique). Les protéines de la spiruline sont complètes et disposent de la totalité des acides aminés essentiels.

C'est ainsi que la spiruline séduit de prime abord les sportifs et les végétariens en recherche de sources alternatives de protéines. Dans l'humanitaire (voir rubrique dédiée), elle montre d'excellents résultats, constants et rapides lorsqu'elle est intégrée aux programmes alimentaires des enfants victimes de malnutrition et de Kwashiorkor, une maladie liée à une carence majeure en protéines et qui tue encore des milliers d'enfants chaque année en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud.

taux de protéines de la spiruline en comparaison avec d'autres aliments

La spiruline : une source de protéines à haut rendement

La spiruline offre un rendement protéique inégalé : 125 fois plus que le maïs, 100 fois plus que la viande bovine et 200 fois plus que le riz, aussi bien en terme de quantité que de qualité.

50 tonnes par hectare par année : une performance d’autant plus remarquable qu'elle requiert relativement peu de ressources pour être produite.

Elle ne demande que 2% des besoins en eau nécessaires à l’élevage d’un bœuf pour produire la même quantité de protéines.

De là à prédire que cette petite algue pourrait représenter le salut énergétique des métropoles, il y a un pas que Michka et Jacques Falquet, auteurs de La spiruline, l’homme et la planète, n’hésitent plus à franchir.
Pourquoi, après tout, ne pas tirer profit de l’espace vide laissé par les toits des immeubles pour y implanter de véritables écosystèmes autonomes fondés sur la culture de l’algue bleue ?

Ces villes aux toits verts pourront-elles réellement voir le jour ? C'est la question que les deux auteurs se posaient en 2004 lors de la sortie de leur ouvrage. C'est aujourd'hui chose faite, comme en Thailande par exemple, en témoigne cet article de franceinfo.

rendement protéique de la spiruline

Pourquoi préférer les protéines végétales

Les protéines animales, on les trouve dans la viande, la volaille, les produits laitiers, le poisson, les fruits de mer, les oeufs... Les protéines végétales, elles, sont représentées dans les céréales, les légumineuses, les fruits secs oléagineux et dans les microalgues [1] [2] comme la spiruline.

Des chercheurs [3] de plusieurs instituts italiens et américains se sont associés pour mesurer l'incidence sur notre état de santé de la nature des protéines que nous consommons.

Ils se sont appuyés pour cela sur une enquête recensant les habitudes alimentaires de 131342 professionnels de santé. Et les résultats sont éloquents : remplacer des protéines animales par des protéines végétales permet de réduire le risque de décès ; en remplaçant 3% des apports énergétiques en protéines animales par des protéines végétales, on réduit de 33% le risque de décès toutes causes confondues, sur la durée de suivi, soit 25 ans.

Il ne s'agit pas forcément de supprimer toutes les protéines animales puisque, chez les participants de l'étude, la consommation moyenne de protéines était de 14% des apports pour les protéines animales et de 4% pour les protéines végétales.

Spiruline VS Boeuf

Une méta-analyse de 2020 [4] indique qu'une consommation supérieure de protéines (animales & végétales) est liée à une réduction du risque de mortalité globale. Cette publication indique également que la consommation de protéines de sources végétales est liée à une baisse du risque de mortalité cardiovasculaire en plus d'une réduction de la mortalité globale. Substituer, dans son alimentation, les sources protéiques animales au profit de sources végétales serait ainsi un facteur de longévité.

Les protéines végétales de la spiruline ont d'excellentes valeurs nutritives, elles sont biologiquement complètes, comprennent les 8 acides aminés essentiels en bonnes proportions et de manière directement assimilable. Outre ses protéines, la spiruline contient également dans sa composition une pléthore d'autres nutriments.

Les protéines d'origine végétale sont très souvent considérées comme inférieures sur le plan nutritionnel par rapport à celles d'origine animale comme celles du bœuf, il n'en est rien avec la spiruline. Contrairement à d'autres sources de protéines contenant des fibres dures et difficilement digestibles, celles de la spiruline séchée ont un taux de digestibilité (UPN) exceptionnel : de 83 à 90 % (5 fois mieux que la viande ou le soja).

Des molécules indispensables à la vie

Les protéines sont notamment nécessaires à la construction, à l'entretien des tissus et à la croissance. En tant qu'enzymes, elles participent également à tous les processus métaboliques.

Les protéines sont constituées d'acides aminés, qui sont essentiellement composés de carbone, d'hydrogène, d'oxygène et d'azote. Le chimiste néerlandais Gerardus Johannes Mulder a pour la première fois utilisé le terme protéines au milieu du 19ème siècle. C'est en fait un dérivé du grec prôteios qui veut dire "qui occupe le premier rang". Ces molécules organiques sont en effet le constituant de tout organisme vivant, quel qu'il soit.

Les protéines humaines sont composées de 20 sous-unités différentes : les acides aminés.

Ces acides aminés fabriquent les enzymes et les hormones. Ils jouent un rôle prépondérant sur la croissance, sont des régulateurs de l'appétit comme de l'humeur, participent également à la génération des cellules, à la réparation des tissus, à la formation d'anticorps qui neutralisent les bactéries et les virus, assurent le transport de l'oxygène dans l'organisme, maintiennent et réparent les muscles, les tendons, les ligaments, les organes, les glandes, la peau, les ongles et les cheveux.

Le corps est capable de fabriquer 12 acides aminés non essentiels. En revanche, il est incapable de synthétiser les 8 autres acides aminés essentiels, c'est donc  l'alimentation doit permettre cet apport indispensable.

Même lorsque les acides aminés sont apportés par l'alimentation, il faut prendre en compte les éventuels problèmes digestifs qui empêcheraient d'assimiler ces éléments nécessaires. Un seul acide aminé absent peut provoquer une carence. Ce déficit donne les mêmes effets sur le corps qu'un manque total de protéines.

Il y a plusieurs facteurs qui peuvent créer un déficit en protéines : le stress, les traumatismes corporels, l'état infectieux, l'âge, certains traitements et déséquilibres chimiques de l'organisme. De telles carences sont la cause de déséquilibres fonctionnels, voire organiques, qui peuvent engager le pronostic vital, ou provoquer une asthénie, des pertes de mémoire, de concentration, une irritabilité, voire même des dépressions.

Essayez la spiruline

Références :
  1. Teuling, E., Wierenga, P. A., Schrama, J. W., & Gruppen, H. (2017). Comparison of protein extracts from various unicellular green sourcesJournal of agricultural and food chemistry65(36), 7989-8002.
  2. Becker, E. W. (2007). Micro-algae as a source of proteinBiotechnology advances25(2), 207-210.
  3. Song, M., Fung, T. T., Hu, F. B., Willett, W. C., Longo, V. D., Chan, A. T., & Giovannucci, E. L. (2016). Association of animal and plant protein intake with all-cause and cause-specific mortality. JAMA internal medicine176(10), 1453-1463.
  4. Naghshi, S., Sadeghi, O., Willett, W. C., & Esmaillzadeh, A. (2020). Dietary intake of total, animal, and plant proteins and risk of all cause, cardiovascular, and cancer mortality: systematic review and dose-response meta-analysis of prospective cohort studies. bmj370.
  5. Table Cliqual de l'Anses
  6. Fiche nutritionnelle Arthrospira sp. (spiruline), CEVA

Alain Casal miniature J'explore depuis plus de 10 ans les publications de la littérature scientifique qui concernent la spiruline, ses composants et plus largement, les microalgues. Je m'efforce de proposer des articles sourcés et régulièrement vérifiés en regard des nouvelles données de la recherche.
Alain Casal - Fondateur de Spiruline France.
- A propos



Laisser un commentaire