Les cantines scolaires : un véritable danger pour les enfants

Dans un article de Lyon Capitale, Philippe Durrèche, conseillé des collectivités pour la restauration scolaire et auteur du livre « Cantines : le règne de la malbouffe ? »  fait part de son analyse de la malbouffe qui règnerait en maître dans les cantines.

Les élèves seraient emprisonnés dans une sorte de prison-restauration, qui les habituerait à manger n’importe quoi.

Les petites cantines sont épargnées dans la mesure où il est possible de cuisiner sur place. Par contre, les grandes collectivités n’ont pas d’autres solutions que de recevoir des plats préparés. Ces plats arrivent sous forme de barquettes froides à faire réchauffer. S’il est grossier d’affirmer que les enfants mangent de la « merde », Philippe Durrèche le crie haut et fort, en pointant du doigt ce type de restauration infligée aux enfants.

La loi de la modernisation, votée en 2010, n’a fait qu’aggraver les choses. L’objectif premier était de faire manger aux enfants moins de fritures, moins de gras et moins de sel. Or, toutes ces normes nutritionnelles strictes sont détournées.

Les industriels remplacent le sel ou le gras, par de mauvais produits bourrés d’additifs, ayant des quantités énormes d’acides gras saturés, de cholestérol et n’hésitent pas à tricher.
Si les industriels ne mettent pas de fromages, ils mettront plutôt des “spécialités fromagères” qui sont remplies notamment de polyphosphates et de phosphates. Le cordon bleu est l’exemple le plus probant, puisqu’il est constitué de peau de dinde et non de pure viande de dinde ou de poulet. Ce qui est une « horreur diététique » pour reprendre les mots de Philippe Durrèche.

« De véritables bombes à retardement pour les enfants… »

Pour les recettes à base de poisson, c’est pire encore. Les plats ne contiennent bien souvent que 17% de poisson. Le reste se compose de béchamel, de protéines de soja et autres additifs. Il en est de même pour la viande, qui est immangeable. Elle est bien souvent cuite à l’eau, pour rajouter de la sauce. Or, lorsqu’il s’agit de la faire réchauffer, la viande sue et devient un vrai morceau de carne. Et puis, Philippe Durrèche rappelle que la viande est onéreuse et qu’il vaut mieux faire manger des steaks hachés, qui augmentent la marge des industriels.

Quant aux nutritionnistes, c’est un leurre ! Les lobbys agroalimentaires sont puissants en France : ils ont réussi à faire consommer du lait à chacun des principaux repas. Des laitages à tous les repas est un dictat imposé par une industrie colossale et non par les nutritionnistes ou les scientifiques qui restent très divisés (voir cet article à ce sujet). Tout n’est qu’une question d’argent et de marge bénéficiaire. C’est la même chose pour des pseudo-experts qui vantent les mérites du Colgate, pour avoir des dents saines et blanches.

Nous avions évoqué la spiruline pour les enfants & ados dans cet article, le contexte de la malbouffe dans les écoles vient appuyer davantage l’intérêt de la prise de spiruline par les plus jeunes.

Vous aimez cet article ?

Les cantines scolaires : un véritable danger pour les enfants
4 (80%) 2 votes



Laisser un commentaire

Acheter